Sous le titre de « Affaire de crédits douteux : les précisions de l’APBEF », un communiqué a circulé le 27 Octobre sur les réseaux sociaux. Ce communiqué indique : « Depuis quelques jours, des informations faisant état de 200 milliards de FCFA de crédits douteux dans une banque malienne, circulent sur les réseaux sociaux. L’Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers du Mali (APBEF) fidèle à sa tradition de totale transparence vis- à-vis de la population en général et de sa clientèle en particulier rassure quant à l’engagement de ses membres à toujours œuvrer pour le respect des règles prudentielles de la BCEAO. Aussi, elle informe que ses membres continueront à respecter leurs engagements vis – à – vis de la clientèle et des partenaires. L’APBEF sait compter sur la bonne compréhension de tous ».
S’agit-il de fake news, bien que le communiqué est signé ? Le doute était permis, tant le communiqué, dont le titre propose d’apporter « les précisions de l’APBEF » à cette « affaire de crédits douteux », est lui-même évasif, et manque des précisions promises.
On ne pouvait s’attendre à ce qu’une association professionnelle ayant vocation à défendre les intérêts des clients et des partenaires, puisse se fendre un communiqué évoquant en règle, une évasion financière de plus de 200 milliards de FCFA dans une banque malienne, sans nommer celle-ci, et dire suivant quel procédé les fonds se sont volatilisés: vol par moyens électroniques, complicité d’agents et de responsables de la banque, usage de moyens légaux à des fins illégales, instructions données aux niveaux politiques, en haut d’en haut, et à quelles périodes précises ?
Ledit communiqué signé le 26 Octobre 2022, porte le cachet de la présidente, sans nom « La Présidente de l’APBEF-MALI ». Cela n’est pas gage d’authenticité tant le contenu est flou. Mais après recoupement, il nous est revenu de nous assurer que l’APBEF valide. Mais avec ce point qu’il entretient l’obscurité, ni n’informe, ni ne communique. Curieux de la part d’une association professionnelle des Banques, sensée informer et défendre les populations, ses clients et ses partenaires.
Le communiqué de l’APBEF pèche et jette l’opprobre sur l’ensemble de la corporation bancaire pour plusieurs raisons. Premièrement, l’APBEF choisissant de ne pas nommer la banque, encore moins les présumés auteurs et leurs complices, fait le choix de l’omerta, et de la complicité tacite, qui frise la solidarité de la corporation à l’égard de ceux leurs membres éventuellement suspectés. Deuxièmement, le silence ainsi échafaudé autour de la question la rend plus assourdissante et entretient le doute sur l’ensemble des banques de la place au Mali. Troisièmement, l’APBEF gagnerait à respecter un peu plus les populations, notamment sa clientèle et ses partenaires, en infantilisant moins, en ne parlant pas ici de «totale transparence », car ce communiqué entretient tout, sauf une « totale transparence vis- à-vis de la population en général et de sa clientèle en particulier ». On ignore finalement, ce que le communiqué de l’APBEF tente de communiquer, sinon rendre la situation davantage troublante et confuse, pour quel but ?
L’APBEF a l’obligation de rendre compte, et les clients et les partenaires ont le droit d’exiger de l’Association qu’elle parle dans un langage plus clair et intelligible, afin que les propriétaires, les clients et les partenaires soient édifiés. Il y va de la quiétude de tous pour un environnement bancaire plus paisible.

Les Secrets Bancaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Edito : force anti putsch, la rigolade?

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEOA viennent d’apporter encore la preuve, s’i…