En cette journée symbolique, je tiens à réaffirmer ma conviction que toutes les journées sont celles de nos mères, épouses, sœurs, filles et aussi travailleuses des villes et campagnes, militantes et patriotes engagées. Pour autant, une journée symbolique qui leur est consacrée n’est pas indifférente.
Je reste convaincu que les droits de la femme doivent être reconnus et surtout respectés et appliqués en tout temps et en tout lieu. Et les violences liées au genre sévèrement sanctionnées.

MA PROFESSION DE FOI

« La place et le rôle de la femme en tant qu’actrice du changement ont été maintes fois relevés comme condition sine qua none pour arriver à des sociétés où règne la justice sociale et où les droits des femmes sont appliqués. L’implication effective et active des femmes, à tous les niveaux et dans tous les domaines, implique la reconnaissance et la valorisation sociale et économique de leur contribution au développement, quelles que soient leurs sphères d’influences (privée, publique) et les différents champs d’exercice de leurs activités multiples et multiformes (domestique, communautaire, production, politique) rémunérées ou non rémunérées (soin à la personne, entretien du ménage), etc.

Nous devons améliorer les conditions d’existence des femmes en général et des femmes rurales en particulier et prendre des mesures spécifiques pour la femme et l’enfant.
Nous devons reconnaître à la mère, à la sœur, à l’épouse la place qui est la leur dans la société.
La loi sur le genre constitue à cet égard un pas important à mettre en application.

A CETTE FIN, J’AI FORMULE 13 PROPOSITIONS QUE JE REPLUBLIERAI TRÈS PROCHAINEMENT.

A bientôt !
Inch’Allah!

Me Mountaga C. TALL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Fête ‘’Aid el Fitr’’ : Le PM Choguel K. Maïga sonne « l’Union sacrée de tous les Maliens »

Après la prière ce dimanche jour de la fête ‘’Aid el Fitr’’, le Premier ministre Choguel K…