Les partenaires des Forces de Défense et de Sécurité maliennes (FDSM) ne vont plus agir chacun de son côté et en rang dispersé. La coordination des actions de UNPOL, EUTM, EUCAP-Sahel, IDDH et G5 Sahel, au bénéfice des FDSM sera une réalité avec le projet qui a été lancé ce jeudi 10 février 2022 à Bamako. Le projet de renforcement de la coopération avec les forces de défense et de sécurité Maliennes se présente comme une initiative pertinente pour susciter une synergie d’actions afin de promouvoir et défendre efficacement les droits de l’homme en général et en particulier dans le cadre des opérations militaires et de maintien d’ordre. Il marque en outre l’engagement indéfectible de la MINUSMA aux cotés des autorités Maliennes dans le cadre du renforcement des capacités des institutions de la République.

L’unité de Renforcement de capacités et Coopération technique de la Division des Droits de l’Homme et de la Protection (DDHP) de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a procédé au lancement, ce jeudi 10 février, au Radisson Collection de Bamako, du Projet de « Renforcement de la Coopération avec les Force des Défense et de Sécurité Maliennes (FDSM) ». La cérémonie de lancement, qui était également le cadre de la Réunion de coordination des partenaires techniques sur les actions de renforcement de capacités des forces de défense et de sécurité maliennes, s’est déroulée en présence des représentants du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, du Directeur de la Division des Droits de l’Homme et de la Protection, des partenaires techniques (UNPOL, EUTM, EUCAP-Sahel, IDDH et G5 Sahel). Les bénéficiaires de ce projet que sont les Famas, la Gendarmerie nationale et la Police nationale.

Dans son discours de bienvenu, Fabiola Ngeruka, représentant le Directeur de la Division des Droits de l’Homme et de la Protection, s’est dite honorée de « participer à cette première réunion de coordination des partenaires techniques sur les actions de renforcement de capacités des forces de défense et de sécurité maliennes ». Elle a salué l’engagement des autorités nationales pour le renforcement de la coopération dans le domaine de promotion et de protection des droits de l’homme, et le « grand intérêt que le Gouvernement accorde au projet qui nous rassemble tous ce jour ».
Depuis janvier 2012, la République du Mali est en proie à une crise multidimensionnelle qui a occasionné de graves atteintes aux droits de l’homme, avec un impact négatif considérable sur la qualité de vie des populations civiles. Conformément au mandat qui lui est conféré par la résolution 2584 de l’Organisation des Nations Unies, la MINUSMA à travers la Division des Droits de l’Homme et de la Protection se doit de travailler pour soutenir les efforts des autorités maliennes dans leurs entreprises de promotion et de défense des droits de l’homme, a indiqué, Fabiola Ngeruka, représentant le Directeur de la Division des Droits de l’Homme et de la Protection.

« Au regard de l’environnement sécuritaire actuel marqué par la lutte contre le terrorisme, les attaques répétitives des groupes armés, l’extension de l’extrémisme violent, les violences intercommunautaires de plus en plus complexes dans le Sahel, il est impérieux que l’ensemble les membres des forces armées et de sécurité maliennes intègrent les dispositions pertinentes du droit international des droits de l’homme, non seulement dans la planification et l’exécution des opérations militaires mais aussi dans la conduite des opérations de maintien de l’ordre », a-t-elle déclaré.

MINUSMA, un engagement indéfectible

C’est pourquoi, le projet de renforcement de la coopération avec les forces de défense et de sécurité Maliennes se présente comme une initiative pertinente visant à susciter une synergie d’actions afin de promouvoir et défendre efficacement les droits de l’homme en général et en particulier dans le cadre des opérations militaires et de maintien d’ordre. Il marque en outre l’engagement indéfectible de la MINUSMA aux cotés des autorités Maliennes dans le cadre du renforcement des capacités des institutions de la République, a-t-elle précisé.

« Ce projet marque indubitablement une nouvelle ère et la naissance d’énormes espoirs dans le raffermissement des relations entre les forces de défense et de sécurité Malienne et la MINUSMA, par le canal de la division des droits de l’homme et de la protection », selon Fabiola Ngeruka. Elle a assuré « l’entière disponibilité de la Division de Droits de l’Homme et de la Protection conformément à son mandat, à soutenir les efforts du Gouvernement malien afin d’assumer plus efficacement ses responsabilités en matière de promotion et de protection des droits de l’homme ».


Au cours de cette réunion de coordination des partenaires techniques sur les actions de renforcement de capacités des forces de défense et de sécurité maliennes, les partenaires techniques (UNPOL, EUTM, EUCAP-Sahel, IDDH et G5 Sahel) ont tour à tour pris la parole pour présenter, chacun en ce qui le concerne, les actions de renforcement des capacité au profit des FDSM. Cet exercice a mis en évidence les chevauchements et des activités en doublon dans la mise en œuvre des actions mettant en évidence la nécessité d’un recadrage que seule la coopération dans le cadre de ce projet permette de réaliser, pour plus d’efficience. D’où l’importance de ce projet de la DDHP, de renforcement de la coopération avec les FDSM.

Synergie et efficacité

Selon Kiven Fonyuy, responsable de la DDHP, l’objectif global du projet est de «Contribuer à la promotion et la protection des droits de l’homme et l’état de droits à travers le renforcement de la responsabilité des forces de défense et de sécurité maliennes en matière de promotion et de protection des droits de l’homme dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre et de la défense nationale ».
Il s’agit de renforcer les initiatives en cours en vue de rendre les forces de défense et de sécurité plus professionnelles et plus respectueuses des droits de l’homme; amener les forces de défense et de sécurité intégrer davantage et à prendre conscience de la dimension des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans le cadre de leurs missions de défense du territoire et de maintien de l’ordre ; contribuer à la vulgarisation des instruments juridiques internationaux relatifs au droit international des droits de l’homme; susciter la prise de conscience sur les responsabilités des militaires maliens en matière du respect des droits de l’homme.

Ecrivez-nous: laviesahel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Me Mountaga Tall à propos de la plainte du Mali contre la France «Le Mali peut déjà savourer une double victoire morale et politique»

Au cours de la conférence de presse du M5 RFP, Me Mountaga Tall, responsable du M5 RFP, qu…