Le Conseil National de la Société Civile condamne avec vigueur les sanctions économiques et financières prises avec fermeture des frontières par la CEDEAO et l’UEMOA lors de leur sommet commun tenu à Accra (Ghana) ce dimanche 09 Janvier 2022. Il juge ces sanctions « illégales, inhumaines et illégitimes » car résultant d’un « sommet et des décisions de l’UEMOA sur une terre, un pays non membre de cette institution ! ! ! », indique l’Organisation dans un communiqué. Le Conseil National de la Société Civile lance un appel à toutes les forces vives de la Nation à créer une synergie d’action pour soutenir la Transition au Mali afin d’aboutir à des élections fiables, transparentes et crédibles. Lire le communiqué ci-dessous.

COMMUNIQUE DU CONSEIL NATIONAL DE LA SOCIETE CIVILE DU MALI SUR LES SANCTIONS PRISES PAR LA CEDEAO ET UEMOA CONTRE LE MALI


Le Conseil National de la Société civile a appris avec consternation les sanctions économiques et financières prises avec fermeture des frontières par la CEDEAO et l’UEMOA lors de leur sommet commun tenu à Accra (Ghana) ce dimanche 09 Janvier 2022.
Le Conseil National de la Société Civile condamne avec vigueur ces sanctions qui sont illégales, inhumaines et illégitimes car la tenue d’un sommet et des décisions de l’UEMOA sur une terre d’un pays non membre de cette institution ! ! !
Le Conseil National de la Société Civile porte à l’attention de la Communauté nationale et internationale que ces sanctions sont contre productives car elles affectent directement les populations durement éprouvées par la situation sécuritaire, sanitaire et économique.
Le Conseil National de la Société Civile est vivement préoccupé par les conséquences de ces sanctions sur des populations, qui auront un accès difficile aux services sociaux de base (santé, éducation etc), aux denrées de premières nécessités et à la mobilité car ces coûts sont supportés directement par les populations qui vont subir les conséquences des sanctions sur leurs activités économiques.
Le Conseil National de la Société Civile rappelle que le Mali est un membre fondateur de la CEDEAO et de l’UEMOA. A cet effet, il doit bénéficier de tout l’accompagnement des pays membres de ces institutions communautaires surtout en cette période de grands défis que traverse le pays.

«Le CNSC lance un appel à toutes les forces vives de la Nation à créer une synergie d’action pour soutenir la Transition au Mali afin d’aboutir à des élections fiables, transparentes et crédibles»

A cet effet, le Conseil National de la Société Civile invite Son excellence Monsieur le Président de la Transition, Chef de l’Etat, à poursuivre par tous les moyens diplomatiques le dialogue direct et ouvert avec la classe politique malienne, tous les partenaires et amis du Mali autour du chronogramme afin d’arriver à une issue heureuse de la crise dans le cadre d’une compréhension mutuelle.
A cet effet, le Conseil National de la Société Civile invite la CEDEAO à plus de compréhension dans le dialogue avec les autorités de la Transition et le peuple malien pour arriver à un consensus autour des points de discorde.
Le Conseil National de la Société Civile invite les populations au calme et à la retenue, aux opérateurs économiques à plus de responsabilités pour l’accès des citoyens aux denrées de premières nécessités.
Le Conseil National de la Société Civile lance un appel à toutes les forces vives de la Nation à créer une synergie d’action pour soutenir la Transition au Mali afin d’aboutir à des élections fiables, transparentes et crédibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Edito : force anti putsch, la rigolade?

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEOA viennent d’apporter encore la preuve, s’i…