118 jeunes de l’arrondissement de Konobougou ont remis le flambeau de la paix au préfet central de Ségou, le dimanche 5 décembre 2021. Ils ont fait 80 km à pied sous un soleil de plomb pour réclamer la paix au Mali.

Dans le cadre du Grand trail de la jeunesse pour la paix au Mali, les jeunes de Konobougou ont passé le témoin à Ségou, après 5 h de route à pieds. Ils étaient, au total, 118 marathoniens dont 27 femmes à parcourir sous une forte chaleur une distance de 80 km, pour remettre le flambeau de la paix qu’ils ont reçu le 4 décembre, en présence des autorités administratives et politiques.
A la coupure du ruban marquant le top départ, le sous-préfet de Konobougou a encouragé et félicité les jeunes qui ont accepté de courir pour la paix au Mali.
« Vous allez traverser des villages et des hameaux tout au long de ce trajet. Les gens de ces différents villages et hameau sauront effectivement que la jeunesse a pris l’affaire à main, que la jeunesse est mobilisée pour la cohésion et la paix », a exhorté Sékou Kanta, sous-préfet de l’arrondissement de Konobougou.
Remerciant le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires, notamment le gouvernement malien, via le ministère de la Jeunesse et des Sports et l’Organisation internationale pour la migration (OIM), le sous-préfet de Konobougou a indiqué que le Grand trail de la jeunesse pour paix au Mali devrait servir d’exemple pour que l’implication de la jeunesse soit une réalité dans le processus de paix et de stabilité au Mali. « La jeunesse est la couche la plus touchée par la crise. Ce sont les jeunes les vrais acteurs de cette crise, parce que les chefs jihadistes passent par les jeunes pour commettre les attentats. Ce sont les jeunes qui ont les mains sur les gâchettes. Si nous parvenons à les sensibiliser davantage, la paix sera gagnée et la cohésion de retour », a soutenu M. Kanta avant de couper le ruban du coup d’envoi.

Konobougou – Segou


Sur la RN6 bien dégagée par une escorte de la garde nationale, les 118 jeunes, en t-shirt à l’effigie du Grand trail, étaient déterminés malgré un soleil de plomb qui apparaissait progressivement au-dessus de l’horizon. Le flambeau de la paix en main, Abdoulaye Djiguiba, président du Conseil communal de la jeunesse de Konobougou, galvanisait ses camarades. « Malgré la distance, je m’engage à aller donner ce flambeau à la jeunesse de Ségou avec tout le plaisir », a-t-il affirmé. Pour lui, la jeunesse constitue plus la moitié de la population malienne et son implication dans la recherche de la paix est plus qu’obligatoire. « Les mots me manquent pour remercier les organisateurs. C’est une action qui rassemble la jeunesse. Si nous, jeunes, nous nous donnions la main, rien ne nous serait impossible. Nous pourrions construire la paix au Mali », a indiqué Abdoulaye Djiguiba.
Les jeunes ont couru tout le trajet par petits groupes de 10 et 15 personnes jusqu’à la Cité des Balanzans. C’est vers 13 h qu’ils ont été accueillis par la jeunesse de Ségou en présence des notables de la ville, dont le Préfet à qui Abdoulaye Djiguiba a remis le flambeau au nom de la jeunesse de Konobougou.
« Nous trouvons ce geste comme une expression de la détermination des jeunes à prendre part au processus de paix auquel le Mali est résolument engagé », souligne Daouda Diarra, préfet du cercle de Ségou.
Initiative du PNUD, OIM et le gouvernement du Mali, à travers le ministère de tutelle, le Grand trail de la jeunesse pour la paix au Mali vise non seulement à engager les jeunes dans une activité fédératrice, mais contribue également au développement personnel. Il se veut surtout porteur de valeurs telles que la résilience et la persévérance.

Correspondance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Edito : force anti putsch, la rigolade?

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEOA viennent d’apporter encore la preuve, s’i…