Education - 8 juillet 2021

Institut Supérieur de Technologie Appliquées Technolab ISTA : L’ECO, la nouvelle monnaie sous régionale en débat

Pour respecter l’une des exigences du Conseil Africain et Malgache de L’Enseignement Secondaire et Supérieur (CAMESS), l’Institut Supérieur de Technologie Appliquées Technolab ISTA a tenu, pour la 5ème, fois la journée scientifique de l’école. C’était mercredi 30 juin 2021 dans l’annexe de l’établissement près de l’hôtel RADISSON, plusieurs thématiques ont fait l’objet de débat dont l’ECO.

« Impact de la nouvelle monnaie ECO sur les échanges commerciaux en Afrique de l’Ouest », ce thème de la conférence a été essentiellement animé par un professeur béninois Charlemagne Babatoundé Igui, en présence du directeur de l’institut Daouda Diakité et de plusieurs professeurs.

C’est dans une salle de conférence de l’institut que le Pr Charlemagne Babatoundé Igui a démontré aux étudiants et à l’assistance les conséquences positives et négatives possibles de la nouvelle monnaie sous régionale. Selon lui, quand un pays s’engage à adhérer une communauté monétaire, cet Etat doit assumer les avantages et les risques tels que les inflations et les déflations et même les dépréciations de la monnaie, qui sont des maux à ne pas exclure.

Il a rappelé que cette idée de monnaie commune était l’un des objectifs des pères fondateurs de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), une manière d’intégrer les économies en présence. Le choix de ce thème d’actualité est une proposition du directeur de l’institut, Daouda Diakité, pour mieux édifier les étudiants, futurs dirigeants de nos Etats.

Le Pr Charlemagne a ajouté que ce projet de monnaie unique pour les pays membres de la CEDEAO, est porteur d’espoir à l’instar de l’Euro pour l’Union Européenne, qui s’impose à l’échelle mondiale. « Nous avons aussi l’obligation de surmonter la balkanisation, et de songer à construire des espaces économiques beaucoup plus viables », a-t-il recommandé, avant d’ajouter que le projet de monnaie unique CEDEAO doit catalyser une monnaie purement continentale.

De son côté, le directeur de Technolab ISTA a indiqué que cela fait bientôt 5 ans que l’institut est dans la mouvance CAMESS, qui a ses propres principes, c’est-à-dire, annuellement tenir des conseils scientifiques au sein de l’institution. Il a rappelé que la première édition de la journée scientifique a eu lieu en 2016, lors de laquelle l’institut a fait valoir ses droits de certains de leurs diplômes à l’accréditation, d’où la reconnaissance panafricaine. Et depuis cette date, l’Institut organise une semaine de l’école sanctionnée par des conférences débats, des journées portes ouvertes au niveau des étudiants, des échanges d’idées, au cours desquels, des sommités viennent des pays voisins pour débattre des sujets scientifiques.
Par ailleurs, concernant le thème de cette édition, le patron de l’établissement dira que l’intégration monétaire à l’échelle ouest africaine est d’actualité. « Comme nous suivons ce qui se fait ailleurs, la problématique de l’Euro, le problème d’échange au niveau de nos économies, certains pays étant dans la zone CFA tandis que d’autres ne le sont pas. En uniformisant les monnaies, il y aura plus de mobilités, permettant de résoudre des problèmes de libre échange», a conclu Daouda Diakité.
A.B.D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

24ème édition de l’Espace d’Interpellation démocratique (EID): 246 interpellations retenues sur 465 proposées

Le médiateur de la République a organisé la traditionnelle conférence de presse, marquant …