Home Bonne Gouvernance 24ème édition de l’Espace d’Interpellation démocratique (EID): 246 interpellations retenues sur 465 proposées

24ème édition de l’Espace d’Interpellation démocratique (EID): 246 interpellations retenues sur 465 proposées

Le médiateur de la République a organisé la traditionnelle conférence de presse, marquant le lancement des activités, le mercredi 30 juin 2021 à son siège à Hamdallaye ACI 200. Cette année consacre la 25ème session de l’Espace d’Interpellation Démocratique (EID). Cette rencontre avec les journalistes, était animée par le secrétaire permanent de l’EID Adama Tiémoko Traoré.

A l’entame de ces propos, le secrétaire permanent de l’EID a indiqué qu’aux termes de l’article 16 du règlement intérieur relatif à la préparation des sessions de l’EID, le médiateur de la République informe, six mois avant le public, de la tenue de la séance plénière de l’EID. Et cela par les moyens de communications appropriés, sur les objectifs et les modalités de participation aux travaux. Ajoutant qu’une cérémonie de lancement de la session d’interpellation du gouvernement est organisée à cet effet à Bamako ou en tout autre lieu du territoire national.

Il a rappelé que la première édition de l’EID s’est tenue le 10 décembre 1994 et son institutionnalisation par le décret N° 96-159 P-RM du 31 mai 1996, traduisait le désir des autorités nationales de célébrer, à cette occasion la journée de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, afin d’exprimer leur engagement pour le respect des principes édictés par cette déclaration.

Selon lui, au titre de la 24ème session de l’EID, le secrétariat permanent a reçu 465 dossiers d’interpellation se répartissant par zone de provenance : Kayes 68 ; Koulikoro 33 ; Sikasso 63 ; Ségou 65 ; Mopti 36 ; Tombouctou 11 ; Gao 32 ; District de Bamako 153 et 04 pour la Diaspora : environ 465 dossiers, soit 52,90% des dossiers reçus.

Adama Tiémoko Traoré a confié que l’EID offre un cadre d’échange dynamique, au cours duquel les ministres sont interpellés par des citoyens sur des questions qui relèvent de la bonne gouvernance en matière de droits et libertés publiques. Il a précisé que l’année 2020 a été marquée dès ses premiers mois par la pandémie de coronavirus, qui a ébranlé le monde entier. Dans un tel contexte dira-t-il, l’EID ne pouvait pas se tenir. « Dans la mesure où toutes les conditions n’ont pu être réunies pour la tenue de la 25ème session avec la persistance de la pandémie à coronavirus, le secrétariat permanent, à la demande du médiateur de République, a produit une note qui a conclu à l’impossibilité de la tenue de session », a déclaré le secrétaire permanent Adama Tiémoko Traoré.

Selon lui, c’est suite à sa saisine par le médiateur de la République, suivant la lettre N°0424/MR-Cab du 13 août 2020, que le Premier ministre, chef du gouvernement a fait un communiqué relatif au report de la 25ème session de l’EID à 2021. Et d’inviter la presse nationale à servir de relais pour l’institution, sensibiliser et donner l’information. A l’instar des autres années, le dépôt des dossiers d’interpellation se déroule du 1er juillet au 30 septembre 2021, au siège à Bamako, dans les délégations territoriales, les ambassades et les consulats.
A.B.D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

« L’inspecteur général Ousmane Sidibé est un espoir pour le corps des Eaux et Forêts du Mali », selon l’Adjudant des Eaux et Forêts, Ladji Sanogo, SG du syndicat

Quel type de collaboration, entretient le jeune syndicat des Eaux et Forêts avec la Direct…