Dans le cadre des activités de la 22ème édition de la quinzaine de l’environnement, Abdrahamane Deme chef de département renforcement de capacité des acteurs à Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD), a animé une conférence débat au cours de laquelle les journalistes et les participants ont été édifiés sur les thèmes de cette année.
Le 5 juin journée mondiale de l’environnement « Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030 ». Et le 17 juin, journée internationale de lutte contre la désertification « Restauration- Terre- Reprise- Des terres saines pour reconstruire en mieux ».
Le chef de département renforcement des acteurs Abdrahamane Deme a rappelé que la journée mondiale de l’environnement, célébrée à la date du 5 juin de chaque année a été instituée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).
Selon lui, la célébration de cette journée met en avant un enjeu spécifique et important, différent tous les ans, concernant l’environnement. L’objectif en est de donner un visage humain aux problèmes environnementaux, afin d’amener les populations du monde entier à devenir les agents actifs du développement durable et équitable.
Pour lui, le thème du 5 juin consiste à favoriser la régénération des écosystèmes qui ont été dégradés et détruits, tout comme la conservation de ces écosystèmes. Selon Abdrahamane Deme, les avantages de la restauration des écosystèmes sont nombreux, parmi lesquels : sols plus fertiles, meilleurs rendements pour l’agriculture, favoriser le reboisement, longévités des poisons dans les zones aquatiques et une grande réserves de gaz à effet de serre.
« Les méthodes de restauration des écosystèmes sont le recours actif à la plantation ou la diminution des pressions exercées sur la nature pour permettre de se rétablir seule, l’adaptation aux changements climatiques», énumère-t-il, avant d’ajouter que la journée internationale de lutte contre la désertification dont le thème est « Restaurons. Terre. Reprise. Des terres saines pour reconstruire en mieux », vise à mobiliser les efforts en faveur de la protection et de la conservation des écosystèmes naturels dans le contexte du rétablissement face à la crise sanitaire. L’objectif de cette journée a-t-il poursuivi, est de démontrer qu’investir dans des terres saines dans le cadre d’un relèvement plus écologique est une décision économique judicieuse.
Abdrahamane Deme a indiqué que, cet investissement favorise non seulement la création d’emplois, de meilleurs cadres de vie et de rétablissement des moyens de substance mais également, il contribuera à la protection des économies contre d’éventuelles crises dues au changement climatique et à la dégradation de l’environnement, ainsi qu’à l’accélération des efforts en vue de réaliser les 17 objectifs de développement durable.
ABD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

« L’inspecteur général Ousmane Sidibé est un espoir pour le corps des Eaux et Forêts du Mali », selon l’Adjudant des Eaux et Forêts, Ladji Sanogo, SG du syndicat

Quel type de collaboration, entretient le jeune syndicat des Eaux et Forêts avec la Direct…