Economie - Environnement - 3 mai 2021

Mahmoud Ould MOHAMED, Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche/ «L’agricole occupe plus de 70% de la population active…»

« L’économie malienne repose essentiellement sur le secteur Agricole qui occupe plus de 70% de la population active et contribue à hauteur de 38% au PIB-Produit intérieur brut). Au Mali, 43,7 millions ha sont utilisables pour l’Agriculture », c’est ce qu’a déclaré le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould MOHAMED. C’était le mercredi 28 avril 2021 lors de la cérémonie de remise officielle des documents de programme du Brevet de Technicien Agricole (BTA) élaboré selon l’approche par compétence (APC) pour les Centre d’Apprentissage Agricole (CAA) de Samanko, Samé et M’Pessoba aux agriculteurs tenue à son département sis à la cité administrative de Bamako.
Au cours de cette cérémonie, le ministre a fait savoir que l’économie malienne repose essentiellement sur le secteur Agricole qui occupe plus de 70% de la population active et contribue à hauteur de 38% au PIB. Avant d’ajouter qu’au Mali, 43,7 millions ha sont utilisables pour l’Agriculture. « Compte tenu des énormes potentialités que recèle le secteur Agricole, les plus hautes autorités du pays ont décidé de faire de ce secteur le moteur de développement de l’économie nationale et garant de la souveraineté alimentaire dans une logique de développement durable. Pour ce faire des politiques et lois ont été élaborées et mises en œuvre. Différents textes dans le cadre de la coopération sous régionale, régionale et internationale ont été aussi ratifiés. Il s’agit entre autres de la Loi d’Orientation Agricole (LOA), la Loi sur le Foncier Agricole (LFA), la Politique de Développement Agricole (PDA), La Politique de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, le Plan National d’Investissement du Secteur Agricole (PNISA) », a-t-il indiqué.
Cependant, le ministre dira que le secteur du développement rural a plusieurs défis à relever parmi lesquels le renforcement des capacités des acteurs du secteur qui occupent une place prépondérante. En effet, dit-il, l’une des conditions de base pour l’identification, la programmation et la mise en œuvre des actions de développement rural est la disponibilité de ressources humaines en quantité et en qualité suffisantes. Aux dires du ministre, le renforcement des capacités des acteurs du secteur Agricole est assuré par un éventail assez large d’institutions publiques, parapubliques et privées intervenant à tous les niveaux (du secondaire au supérieur) et dispensant différents types de formation. Selon lui, ces institutions ont certes joué et continuent de jouer un rôle déterminant dans l’atteinte des objectifs des politiques gouvernementales actuelles en matière de développement rural, mais force est de reconnaitre qu’elles ne bénéficient pas de toutes l’attention qu’elles méritent en termes d’investissements pour faire face aux défis de l’amélioration de la qualité des offres de formation. « La nécessité de l’adaptation continue des formations aux besoins réels du secteur se fait sentir avec une acuité assez particulière en raison de la profondeur des mutations en cours dans notre pays en général et dans le monde rural en particulier. Dans le cadre de la contribution à la recherche de solutions aux préoccupations soulignées, différentes initiatives sont en train d’être prises par l’État malien – avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Parmi ces initiatives figure le projet « Formation Agricole pour la Sécurité Alimentaire au Mali (FASAM) ». Ce projet, financé par Affaires Mondiales Canada (AMC), vise le renforcement du système de formation agricole au Mali à travers un partenariat entre des institutions de formation canadiennes et maliennes. Il est mis en œuvre sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche », a souligné le ministre de l’agriculture.
A. DISSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Vie chère : Le gouvernement tente d’apaiser par des mesures d’ordre social

Pour soutenir le pouvoir d’achat des populations, le gouvernement a pris des mesures d’ord…